La musique cadjine et zydéco

Les premiers enregistrements de musique cadjine remontent aux années 1930 ; ils ont été réalisés en famille, chez les Hoffpauir et les Segura. Plus tard, la musique cadjine héritée de mélodies franco-acadiennes, employant principalement le violon et l’accordéon, se diversifie en swamp-pop et cajun traditionnel. Le swamp-pop (littéralement « pop du marécage ») survenant vers la fin des années 1950, introduit la rythmique du rock dans la musique cajun (terme américain pour cadjin). À la frontière des musiques créole et cadjine, le zydeco, né à la fin des années 1940, traduit le retour en force de la musique créole noire, qui a su emprunter ses instruments et certaines de ses mélodies à la musique cadjine, tout en s’inspirant du rhythm & blues. Le terme de zydeco vient d’une contraction du célèbre dicton des Noirs créoles : « les z’haricots sont pas salés », qui revient comme un leitmotiv dans leurs ballades pour indiquer que les temps sont durs (on ne peut plus accompagner ses haricots de viande salée…). Clifton Chénier et Zachary Richard sont les plus célèbres musiciens de zydeco.

Blue Bayou, Bayou Noir
Bayou Productions