Environ deux cent trente mille Louisianais déclarent parler français : c’est la plus importante population francophone des États-Unis. En raison de son bannissement (lois de 1916 et 1931), la langue française n'a plus été transmise que de façon orale durant près de quarante ans. La diversité des parlers français de Louisiane explique leur vitalité au cours du temps mais aussi une certaine fragilité : leurs locuteurs, peu nombreux, ont longtemps formé des groupes sociaux qui s’ignoraient. Les historiens distinguent trois catégories principales de français : le français des colons blancs (proche du français standard, pratiquement disparu), le créole des Noirs issus de l’esclavage (vingt-cinq mille locuteurs), et le cadjin (dit aussi « cadien », et « cajun » en américain : deux cent mille locuteurs. Dans les années 1960, l’on peut dire que le français était en voie de disparition en Louisiane. Le CODOFIL, organisme d’État créé en 1968, gère par des accords internationaux environ deux cents enseignants.


La langue cadjine

Venu en Louisiane avec les Acadiens du Canada, notamment à partir de 1765, le français cadjin, le plus usité des langages français de Louisiane, est naturellement hérité de l’ancienne langue rurale des paysans acadiens, d’origine majoritairement poitevine et berrichonne. La quasi-absence de d’usage de l’écrit a modifié progressivement la langue, qui a emprunté au passage de nombreux mots étrangers et s’est grammaticalement simplifiée, malgré cette créativité lexicale. C’est qu’à l’origine, le cadjin n’est guère une langue « savante » d’habitant de la ville, mais un parler intime et familial, distinct d’un anglais encore perçu il y a cinquante ans comme la langue « des Américains ». Cependant, l’enseignement de la langue française standard dans les écoles actuelles tend à modifier le parler cadjin traditionnel, et risque d’en affadir les caractères propres. En effet, le vocabulaire cadjin se distingue du lexique français jusque dans les termes quotidiens. Les pronoms personnels sont fréquemment neutres : « je » et « nous » remplacés par « on » ; « vous » remplacé par « ça ». Beaucoup de mots et de tournures sont en effet empruntés à diverses autres langues : indiennes et africaines, mais surtout anglaise, espagnole… et créole de Louisiane.

Dictionnaire d’expressions cadjines


La langue créole

La langue créole est parlée en Louisiane depuis le XVIIIe siècle, et se serait diversifiée après l'arrivée des premiers esclaves Noirs. Le mot « créole » n'a été utilisé pour la désigner qu'à partir du XIXe siècle. À l'origine en effet, « créole » signifiait « né dans les îles de souche européenne », principalement en France ou en Espagne. Puis le terme s’est étendu aux enfants de sang mêlé africain et européen, nés en Louisiane. La langue créole de Louisiane possède un lexique en grande partie issu du français mais elle contient également des mots d'origine africaine, espagnole, indienne, anglaise… Sa grammaire n'est pas basée sur des langues africaines, dont l'influence se fait sentir plutôt dans le rythme et dans les tournures de la langue, mais plutôt sur des syntaxes européens. Quoique en voie de disparition, le créole se parle toujours en Louisiane. Il n'a pas bénéficié des mouvements de revitalisation comme c'est le cas du cadjin, car il est trop étroitement lié à l’histoire de l’esclavage. Ceux qui le parlent encore aujourd'hui sont âgés et les contextes de son utilisation se limitent au foyer et entre amis intimes. Il est usité au sud de la Louisiane, et l’on estime qu'il reste entre vingt mille et trente mille locuteurs », d'origine afro-américaine pour la plupart, mais aussi des Blancs. Les étiquettes utilisées par les autochtones pour se référer à ce parler révèlent son manque de prestige : « couri vini », « français nèg’ », ou « nèg’ » tout court.

Vidéo : creole song
Dictionnaire créole