Enseignement primaire « en immersion »

L’enseignement primaire du français est coordonné par le Consortium des Écoles d'immersion (cinquante pour cent de la journée scolaire en français), basé à Lafayette. On trouve une école française publique à New Orleans, et trente et une écoles élémentaires publiques dans dix paroisses : Acadiana, Assomption, East Baton Rouge, Calcacieu, Iberia, Jefferson, Lafayette, Orléans, Saint-Landry et Saint-Martin. Il existe aussi une école à charte (sous contrat) à New Orleans, et deux écoles privées, à New Orleans et Baton Rouge. Six écoles suivent au niveau du collège, et au niveau du lycée, seuls quelques élèves continuent des cours de français renforcé, offerts en ce moment dans les paroisses Assomption, Calcacieu, Lafayette, Saint-Landry et Saint-Martin. Les enseignants sont soit des Louisianais, soit en majorité des professeurs venus de France, Belgique, Canada, Haïti, Côte d'Ivoire et Tunisie, recrutés par l'intermédiaire du CODOFIL, créé en 1968 par l’avocat et sénateur américain James Domengeaux. Ces efforts font que la perte causée par le décès de locuteurs francophones est partiellement ralentie par la montée de nouveaux locuteurs parmi leurs petits-enfants.


Enseignement secondaire

Malgré de graves difficultés économiques dans les années 1980, le CODOFIL (Conseil pour le Développement du Français en Louisiane) est parvenu à faire en sorte que les Louisianais ne considèrent plus le fait de parler français comme une honte. L’État de Louisiane a décrété en 1983 que l’on devait apprendre une seconde langue pendant cinq ans, et la conserver deux ans de plus si l’on souhaitait entrer à l’université. Cette entrée offre la possibilité d’obtenir une bourse du CODOFIL, qui peut aussi bien permettre aux étudiants de poursuivre des études en France, au Canada ou en Belgique. Enfin, le CODOFIL a créé l’association Média-Louisiane, qui soutient toutes les initiatives de radio et télévision françaises dans l’État, et édite un bulletin, la Gazette de Louisiane, accessible gratuitement sur son site internet. La plupart des lycées de Louisiane exigent deux années d’enseignement d’une langue étrangère, qui se trouve être parfois le français mais plus souvent l'espagnol. En Acadiana par exemple (région de Lafayette, centre du pays cadjin), trente pour cent des enfants choisissent le français comme seconde langue, et plus de quarante pour cent des habitants le parlent.


Enseignement supérieur

Depuis 1994, l’Université de Louisiane à Lafayette (USL) a créé le premier Doctorat en Études françaises et francophones des États-Unis, qui inclut le cadjin et le créole. Le Département de français de l’Université de l’État de Louisiane à Baton Rouge (LSU) a fait sécession en 1998 du Département des langues étrangères. Il a inclus dans ses programmes la littérature des Caraïbes, la littérature belge, et cinq niveaux de français cadjin, ainsi que le français des affaires. Le Centenary College de Shreveport, publie un journal trimestriel en français : Le Tintamarre. Au surplus, toutes les Universités louisianaises enseignent le français, dans des Départements de Langues étrangères. Des échanges d'étudiants sont organisés dans le cadre d’accords entre la France, la Belgique et la Louisiane.


Vue aérienne de l'université Lafayette
Vue aérienne de l'université Lafayette