Au XXe siècle

Le XXe siècle inaugure l’ère des célébrations. Le temps des colonies est lointain, mais les liens sont restés vifs, et semblent justifier une prise en compte officielle de l’histoire particulière à cette région des États-Unis. La Société Historique de la Louisiane, mandatée pour l’organisation du Centenaire du « Louisiana Purchase », invite à La Nouvelle Orléans rien moins que le Président des États-Unis. Au surplus de ces manifestations louisianaises, la ville de Saint-Louis organisait une Exposition Internationale sur le thème du « Louisiana Purchase », où la France devait tenir une place importante –défi qu’elle ne releva que médiocrement-. Ce qui apparaît au travers de ces commémorations d’il y a cent ans, c’est la place éminente de la France dans le cœur des habitants de la Louisiane, et le fait que les Français n’y répondent qu’avec une certaine négligence. Il en est de même lors du Bicentenaire de la ville de Mobile (Alabama) en 1911.


Alcée Fortier, Président de la Société Historique de la Louisiane, Lettre au Gouvernement français, au sujet de la préparation du Centenaire de la vente de la Louisiane : 
AMAE, CADN, Consulat Louisiane, A 417, f° 65-66 (20 décembre 1902) Alcée Fortier, Président de la Société Historique de la Louisiane, Lettre au Gouvernement français, au sujet de la préparation du Centenaire de la vente de la Louisiane : 
AMAE, CADN, Consulat Louisiane, A 417, f° 65-66 (20 décembre 1902) Alcée Fortier, Président de la Société Historique de la Louisiane, Lettre au Gouvernement français, au sujet de la préparation du Centenaire de la vente de la Louisiane : 
AMAE, CADN, Consulat Louisiane, A 417, f° 65-66 (20 décembre 1902)
Alcée Fortier, Président de la Société Historique de la Louisiane, Lettre au Gouvernement français, au sujet de la préparation du Centenaire de la vente de la Louisiane :
AMAE, CADN, Consulat Louisiane, A 417, f° 65-66 (20 décembre 1902)

En 1917, Marc de Villiers du Terrage publie à l’Imprimerie Nationale, à Paris, son Histoire de la fondation de La Nouvelle Orléans, preuve de l’intérêt des sphères officielles françaises pour ce sujet, l’Imprimerie Nationale étant alors un organisme d’État. Les Célébrations nationales s’associent à la Ville de Paris et à la Fondation Macdonald Stewart pour saluer d’une exposition, en 1982, le Tricentenaire du baptême de la Louisiane par Cavelier de La Salle.


En 2003

En 2002, le ministère de la Culture français décide que le Bicentenaire de la vente de la Louisiane aux États-Unis donne lieu à une célébration nationale, plus significative en un sens qu’une exposition par le moyen de communication choisi : internet. Il s’agit d’insister sur la dimension culturelle des liens entre la Louisiane et la France, due à leur passé commun, mais surtout à la pratique de la langue française. Ce site internet bilingue, fournissant les bases de l’histoire louisianaise d’origine française et donnant toutes les sources utiles de documentation écrite ou imagée, est apparu comme la façon la plus actuelle de dévoiler la richesse des collections consacrées à cette histoire, et à former de nouveaux liens entre les chercheurs et les amateurs d’histoire des deux pays.